Exemple de notice biographique : Marc Bloch

Marc Bloch, né à Lyon le  6 juillet 1886 et mort à Saint-Didier-de-Formans le 16 juin 1944, est un historien français.

Formé à l’Ecole Normale Supérieure, mobilisé de 1914 à 1918, il reprend sa carrière universitaire après la guerre et révolutionne l’Histoire en faisant intervenir d’autres disciplines (économie, sociologie…) dans ses travaux consacrés à la société féodale (La Société Féodale, 1939). C’est dans cet esprit d’ouverture qu’il fonde avec Lucien Febvre la revue des Annales d’Histoire économique et sociale, en 1929. Entré dans la Résistance en 1943, il est tué par les nazis en 1944.

Quelques débats sur la prison

  • « Prison : le sens de la peine », débat, notamment sur les courtes peines, avec Karim Mokhtari,  auteur du livre Rédemption, ayant connu quinze établissements pénitentiaires entre quinze et dix-huit ans, engagé depuis 2012 pour un changement du monde carcéral, vice-président de l’association Carceropolis (plateforme internet qui donne à voir la prison autrement) ; Alexandre Bouquet, directeur du centre pénitentiaire d’Écrouves, secrétaire national du Syndicat national des directeurs pénitentiaires, ex-directeur-adjoint de la maison d’arrêt de Nice ; Virginie Gautron, maître de conférences en droit pénal à l’Université de Nantes, ayant soutenu une thèse sur les politiques publiques de lutte contre la délinquance ; Marie Cretenot, de l’Observatoire International des Prisons.

 

  • « Prison : l’impossible décroissance carcérale ? Et si la solution était ailleurs« , avec : Francesca Vianello, sociologue du droit, professeure à l’université de Padoue, travaillant sur les inflexions pénales prises par l’Italie après l’arrêt pilote de la Cour européenne des droits de l’homme de 2013 et sa condamnation pour surpopulation carcérale ; Laure Anelli, membre de l’Observatoire international des prisons et rédactrice en chef de la revue Dedans-Dehors, enquêtant sur les pratiques des voisins européens, ayant coordonné le dernier numéro sur la décroissance carcérale ;Séverine Delacour,vice-procureure au tribunal de grande instance de Meaux, cheffe de service au pôle exécution, application des peines et entraide pénale internationale, membre de l’Union syndicale des magistrats ; André Vallotton, chargé de cours à l’université de Lausanne et expert auprès du Conseil de l’Europe sur la question carcérale.

fiche de lecture

 

 

 

CONSIGNE FICHE DE LECTURE

 

Contraintes formelles : 

  • Résumé : maximum 6000 signes espaces non compris.
  • Longueur minimale de l’ensemble de la fiche : 7000 signes, espaces non compris.
  • Le résumé ne peut être plus long que le commentaire.
  • Commencer chacun de vos paragraphes par un alinéa de 1 cm.
  • Laisser une marge à gauche d’au moins 3 centimètre.
  • Bien séparer chaque partie en mettant en titre « résumé », puis « commentaire ».
  • Attention : indiquer le nombre de caractère à la fin de chaque partie !
  • Paginer.
  • Justifier le texte.

 

Sur le résumé : 

Le but du résumé est de proposer une synthèse de l’oeuvre. Il devra donc être fidèle à la pensée de l’auteur, dégager les points les plus importants et ne pas s’attarder sur les détails.

NB : Le résumé ne devra comprendre ni citations, ni références extérieures, ni mention des pages.

 

Sur le commentaire :

Le commentaire de l’oeuvre doit vous permettre de développer une réflexion inspirée par votre lecture.  En vous appuyant sur des passages précis de l’oeuvre, vous devez donc la mettre en regard avec vos pensées personnelles, des exemples tirées de la vie quotidienne, de l’art, des sciences ou de l’actualité.

Attention à quelques écueils :

  • La paraphrase : erreur classique, la paraphrase consiste à répéter avec des mots différents les idées contenues dans l’oeuvre. Si, en relisant votre commentaire, vous vous rendez compte qu’il n’y a pas d’idées nouvelles, d’informations supplémentaires par rapports à celles présentes dans l’oeuvre, c’est qu’il faut le retravailler.
  • Du mauvais usage des citations : attention aux commentaires principalement composées de citations juxtaposées. Les citations servent à servir de point de départ ou à appuyer votre propos, pas à le remplacer.
  • Introduire les citations. Ne pas les mettre simplement comme ça, en phrase indépendante, déconnectée de l’argumentation.
  • Ne pas répéter la même idée.
  • Apporter des idées nouvelles, non-explicites dans l’oeuvre.

 

Conseil :

  • N’hésitez pas à vous concentrer sur un passage précis de l’oeuvre qui vous aurait intéressé. Ne pensez surtout pas que vous devez parler de toute l’oeuvre dans le commentaire.
  • Réfléchir, avant de vous lancer dans le commentaire, à ce que vous avez envie de dire, à là où vous voulez aller.
  • Faire un plan, même basique, pour structurer la pensée et votre devoir. Permet de fixer les citations à des idées bien précises et de ne pas les accumuler.